PARTAGER

Une mise à jour logicielle pourrait coûter de l’argent à Apple. Cette mise à jour dont le but est de permettre de préserver la batterie n’a pas plu à tous les utilisateurs. Huit poursuites en justice ont été engagées par ces derniers aux États-Unis, elles pourraient donner lieu à des actions collectives, créer un précédent et faire perdre d’énormes sommes d’argent à la marque à la pomme.

Des iPhone moins performants

La marque à la pomme a admis devant les autorités judiciaires ce mardi 26 décembre avoir ralenti volontairement les performances de ses anciens modèles. Il s’agit d’iPhone 6, iPhone 6S, iPhone SE et iPhone 7. Cette intervention faite à travers une mise à jour du système d’exploitation visait à préserver la batterie et donner de la longévité à d’autres terminaux qui auraient pu être affectés par le temps.

Crédit photo : JESHOOTS, Pixabay

Cette solution touche spécialement les batteries usées pour empêcher ces dernières de se décharger rapidement. Alors qu’une mise à jour est censée booster les capacités du téléphone, celle-ci a plutôt altéré de façon négative les performances des iPhone ciblés.

Une action collective envisagée

Les informations publiées par Fortune laissent penser qu’Apple va faire face à huit actions en justice aux États-Unis. La firme fait aussi l’objet d’une action collective déposée en Israël et en France. Jeffrey Fazio, un avocat avait réussi quatre ans plus tôt à faire condamner Apple qui avait dû payer une somme de 53 millions de dollars aux plaignants. Il s’agissait dans ce cas là d’un refus pour la compagnie de remplacer ou de faire des réparations sur leurs iPhone qui étaient toujours protégés par le contrat de garantie.

Dans cette nouvelle plainte contre Apple, il faudra examiner comment l’absence de transparence sur la modification des performances a pu pousser certains utilisateurs à faire acquisition d’un nouveau téléphone alors qu’un changement de batterie aurait permis d’optimiser les performances.

Pour donner du poids à toutes ces plaintes en cours dans les États de l’Illinois, de Californie et de New York, elles pourraient se joindre pour produire une procédure en nom collectif. Cette class action permettrait à des millions d’utilisateurs américains d’obtenir une indemnité.

Source :

Zdnet