PARTAGER

Après plusieurs années d’observations, la NASA a découvert que notre satellite était doté de glace. Les preuves s’accumulaient, mais l’agence en a enfin le cœur net.

Chandrayaan-1 apporte la preuve de la présence de glace sur la Lune

2018 est une année riche en rebondissements dans la conquête spatiale. Pour la première fois, l’humain a observé des preuves directes de la présence de glace aux deux pôles lunaires. La sonde M3 (Moon Mineralogy Mapper) a rapporté des images qui démontrent très clairement la présence d’eau glacée sur la Lune.

lune
Crédit photo : Andrea Sonda – Unsplash

Les amas de glace sont localisés aux pôles, mais l’ombre des cratères les dissimule. À ces endroits, la température n’excède jamais -121 °C. Le soleil ne parvient jamais jusque-là. La sonde indienne Chandrayaan-1 embarque le capteur M3. Ce dernier a observé une disposition différente de la glace en fonction des pôles. Elle semble donc plus concentrée au sud du satellite. De plus, une importante concentration de poussière lunaire au sein de ces poches de glace a été révélée par l’étude des relevés infrarouges.

Un élan pour la conquête spatiale ?

Chandrayaan-1 avait déjà apporté des preuves indirectes de la présence d’eau sur la Lune en 2009 grâce à des capteurs. Cette fois-ci, la NASA dispose de véritables données. À la suite de cette découverte, l’agence spatiale a l’intention d’envoyer un rover sur la Lune. Il sera chargé d’effectuer des prélèvements de glace. Ce projet sera néanmoins très long.

lune
Crédit photo : Kym – Unsplash

La NASA reste très satisfaite de cette découverte de taille. La glace lunaire pourrait être exploitée pour de futures bases d’exploration. Un réseau 4G devrait être installé pour assurer les liaisons vidéo et radio d’ici 2019. Mais tout cela demeure à l’état de projet. Si des industries sont sur le point de proposer des voyages touristiques dans l’espace, plusieurs dizaines d’années seront nécessaires à la mise en place de bases lunaires habitables.

Source :

Clubic