PARTAGER

Qualcomm vient d’être condamné par l’Europe et la sanction est lourde : la firme doit verser une amende de près d’un milliard d’euros. Un accord anticoncurrentiel proposé à Apple serait en cause.

Abus de position dominante par Qualcomm

La société Qualcomm est accusée d’un abus de position dominante. Elle aurait versé des « montants substantiels » à Apple pour s’assurer que son partenaire n’aille pas s’approvisionner chez Intel ou d’autres concurrents. La Commission européenne a donc décidé de pénaliser la société et de la condamner à une sanction financière.

amende
Logo Qualcomm — Crédit photo : Wikimedia. commons

L’abus de position dominante est un sujet avec lequel l’Europe ne plaisante pas. Et la sanction est exemplaire : Qualcomm doit verser une amende de 977 439 000 euros. Ce qui représente 4,9 % de son chiffre d’affaires en 2017. Le fournisseur de puces serait allé très loin pour s’assurer que la marque à la pomme respecte leur partenariat.

La cause de cette sanction : un accord entre Apple et Qualcomm

Qualcomm a donc été condamné pour avoir proposé à Appel des « montants substantiels » visant à dissuader la marque à la pomme de s’approvisionner en composants chez ses concurrents. L’accord précisait alors que si Apple commercialisait un smartphone ou une tablette avec des composants d’une autre marque, il serait tout simplement rompu et les paiements arrêtés, alors qu’Apple devrait rembourser une partie de ceux déjà payés.

Euronews revient sur les explications de la Commission européenne :

Un accord de ce type empêche les autres fournisseurs de venir faire de la concurrence à Qualcomm. Il est donc logique que la Commission européenne sanctionne ce genre de pratiques anticoncurrentielles. Dans un communiqué, Qualcomm a déjà annoncé son intention de faire appel de cette décision. Son président exécutif s’est exprimé sur le sujet. Selon lui : « Nous sommes convaincus que cet accord ne viole pas les règles européennes sur la concurrence, et qu’il n’a pas eu d’impact sur la concurrence ou sur les consommateurs européens ».

Source :

Clubic