Cinéma : Bizarre, vous avez dit bizarre

Bizarre, tordu, sale, choquant, la liste des qualificatifs pour désigner l’étrangeté d’un film est aussi longue que le cerveau des réalisateurs est dérangé. L’occasion pour Toolito de réunir les 30 films les plus représentatifs du bizarre, 30 films qui furent autant d’opportunités pour les spectateurs de jouer avec leurs émotions, les seules limites d’un être humain finalement.

À voir aussi :
– 10 films d’horreurs basés sur des faits réels
– 30 films pour élargir son horizon
– 20 films à petit budget qui ont fait un carton au cinéma

Attention cet article n’est pas conseillé aux âmes sensibles.

Begotten, 1990

Réalisé par E. Elias Merhige

Begotten est un film expérimental, une de ces œuvres spécialess « weirdos », un film d’horreur avant-gardiste sur la Genèse. Déjà le concept en soi est bien tordu, appuyé par un noir et blanc du plus bel effet, avec pour point culminant la scène où Dieu met fin à ses jours : une atrocité nécessaire puisque de là naîtra Mère Nature.

Orange Mécanique,1971

Réalisé par Stanley Kubrick

En plus d’être l’un des films les plus dérangeants jamais réalisé, le monstre qu’enfanta Maître Kubrick est certainement le plus célèbre d’entre tous. La violence est crue, volontaire, d’une réalité déconcertante pour ceux qui regardent le film pour la première fois, reste à savoir quelle partie du film est la plus horrible : l’ultra-violence ou la réhabilitation ?

La Dernière Maison sur la Gauche, 1972

Réalisé par Wes Craven

Avant de s’engluer dans la réalisation de navets (certes très célèbres) dont le point culminant doit être Cursed, Wes Craven fut un seigneur, un des patrons du genre horreur/fantastique. Ce premier film a marqué son temps et continue d’être une référence : mutilation, viol, torture, émasculation, où quand la violence réfléchie répond à la violence impulsive.

The Human Centipede (First Sequence), 2009

Réalisé par Tom Six

Quand la poésie et le bon goût s’invitent au cinéma, cela nous donne des œuvres du calibre de The Human Centipede. Un docteur, un brin dérangé, ressent le besoin de coudre des gens entre eux, chacun ayant sa bouche cousue à l’anus du précédent, les victimes partageant un système digestif commun. Pour l’avoir vu, j’ai des frissons rien qu’en écrivant ces quelques mots.

Pink Flamingos, 1972

Réalisé par John Waters

Chaos et hilarité sont les deux mots qui me viennent à l’esprit quand j’entends parler de Pink Flamingos. Le film est une attaque sans règle envers Hollywood, le besoin de perfection, de beau aseptisé, c’est l’expression d’un rejet. A moins qu’il s’agisse d’un goût prononcé pour le sale.

3 Commentaires

  1. Nombre de films cités n’ont rien d’étrange ni de bizarre, ce n’est pas parcequ’un film est violent qu’il est étrange.
    En ce sens, ‘C’est arrivé près de chez vous’ est simplement original sur sa forme, ‘Cannibal holocaust’ est simplement gore tout comme ‘A Serbian film’ ( de plus, les deux sont ennuyeux et mauvais, mais c’est un autre sujet)…

    ‘La montagne sacrée’, ‘Santa sangre’, ‘El Topo’, ‘If…’, ‘Le festin nu’, ‘Videodrome’, ‘Eraserhead’, ‘Mulholland drive’… en voila des films qui, sur le fond comme sur la forme, sont véritablement étranges, qui sortent des sentiers battus et nous transportent vraiment vers quelque chose d’inhabituel, d’innconnu!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here