Seul Contre Tous, 1998

Réalisé par Gaspard Noé

L’acteur principal Philippe Nahon a certainement mis du temps à se remettre du rôle du Boucher, un homme qui incarne la haine dans ce qu’elle a de plus noire, de plus repoussante. Froid, raciste, cruel, le Boucher plonge dans ce que l’Homme a de plus horrible. Puis un message est adressé aux spectateurs, 30 secondes où il vous est encore possible d’arrêter le film avant de voir des images qui resteront à jamais gravées.

Eraserhead, 1977

Réalisé par David Lynch

J’ai vu ce film plusieurs fois, j’ai lu de nombreuses critiques, j’en ai souvent discuté avec d’autres, pourtant je ne trouve toujours pas les phrases nécessaires pour le décrire. Eraserhead est surréaliste, novateur, d’un autre monde, profondément philosophique, une remise en question de notre perception et du monde qui nous entoure.

Salò ou les 120 Journées de Sodome, 1976

Réalisé par Pier Paolo Pasolini

Mon numéro 1, toute catégorie confondue, l’œuvre d’un génie, j’ai nommé Pier Paolo Pasolini. Mais attention, pas de méprise, le film est choc, dégoûtant sur bien des aspects, mais c’est avant tout un brûlot, un pamphlet sur le pouvoir et ses travers, la corruption, le fascisme et la perversion qui en découle.


Threads (ou Le Soleil Noir), 1984

Réalisé par Mick Jackson

Ce qui permet à Threads de trôner parmi les maîtres du bizarre, c’est la manière dont la menace nucléaire était perçue durant la période de la Guerre Froide. L’apocalypse due à une guerre nucléaire est possible, et Threads nous en montrent les conséquences, un film choc, très graphique dans sa représentation de la famine et des maladies.

I Spit On Your Grave (ou Day of the Woman) / Oeil pour Oeil, 1978

Réalisé par Meir Zarchi

Interdit en Angleterre durant de nombreuses années I Spit On Your Grave est un film de vengeance, jouissif et malsain. La notoriété du film vient des scènes de violences devenues cultes, une écrivain en devenir est brutalement attaquée, laissée pour morte avant de mettre en œuvre des actes répréhensibles mais salvateurs.