AC/DC

Highway To Hell, 1979

Highway to Hell est le dernier album de la troupe avec le chanteur Bon Scott, le seul et l’unique pour tous les fans d’AC/DC qui se respectent. Les chansons sont plus compactes, les refrains davantage travaillés, et le son unique du groupe est au top de sa forme.

System Of A Down

Toxicity, 2001

System of a Down est un des rares groupes de métal à avoir franchi la frontière qui le sépare d’un succès global, et ce malgré un album fortement marqué par les revendications politiques. Musicalement, les titres sont parfaits, des hymnes qui pénètrent avec joie dans nos oreilles, un métal universel en quelque sorte.

Strapping Young Lad

City, 1997

Quelque part entre la folie et le génie, c’est à cet endroit que se trouve le second album du groupe de Devin Townsend, une farandole de violences sonores. City c’est un peu la version sombre du célèbre Demanufacture des Fear Factory, un album colérique, une frappe chirurgicale toujours cité parmi les grands de ce monde.

Immortal

Sons of Northern Darkness, 2002

Difficile d’accrocher au blackmetal, le genre est auditivement contraignant, visuellement scolaire, mais parfois certains artistes permettent aux profanes de comprendre leur création. C’est le cas ici avec Immortal, le trio norvégien offrant un son correct, et c’est peu dire que le black en a besoin, pour nous aplatir un album massue dans les esgourdes.

Cannibal Corpse

Vile, 1996

Bon là clairement, c’est méchant, un tantinet agressif, une sorte de condensé de tout ce que les gens déteste dans le métal. Pourquoi s’y intéresser alors ? Tout simplement car Cannibal Corpse est un monument du genre, et avec cet album il marque l’histoire en «démocratisant» leur style, plus audible, plus enclin à s’ouvrir à de nouveaux territoires.

Opeth

Blackwater Park, 2001

Définitivement ces Scandinaves sont très forts, des créatifs de premier plan lorsqu’on en vient au métal. Un groupe suédois cette fois, passé maître dans l’art du death progressif, ou pour ceux qui ne comprennent pas des compositions longues, complexes, mélodiques mais toujours programmées métal, une lourdeur mélancolique sans équivalent.

Ne ratez plus les news tech importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici